Cycles init & perf splitboard #5 : Mini-raid à Zermatt

Le 19.06.2022, par MarieheleneC-1a3, 1 commentaire


Mini-Raid des cycles splitboard "initiation" et "perfectionnement"
7, 8, 9 et 10 mai 2022

C'est le grand jour : le temps du "mini-raid" (tout un programme) est arrivé. Les cycles splitboard initiation et perfectionnement se rencontrent aux sommets. Nous sommes 18 en tout, 11 du cycle initiation, et 7 du cycle perf, en incluant les 2 encadrants Karim et Nico (premier week-end en encadrant!!) et les 4 vaillants co-encadrants Adeline, Hervé, Jérem, Thierry. Car le virus a encore frappé: Olivier, encadrant du cycle perf, a le covid et ne peut faire le raid!!

Arrivée vendredi soir au chalet du tour à Chamonix pour couper le trajet.
JOUR 1 : premier 4000 pour pas mal d'entre nous
Départ à 7h du Tour ! En voiture, destination Zermatt.
Tout le monde se gare au parking de la bonne ville de Täsch, puis train direction Zermatt, en chaussures de snow (plus une en chaussures de ski).
Le plan initial était de prendre les remontées mécaniques depuis Zermatt (1620m) jusqu'au "Klein Matterhorn" (3883m), pour se faire une petite mise en jambe en montant au Breithorn (4164m), histoire de goûter au manque d'oxygène en altitude, puis redescendre au refuge "guide del cervino", dit aussi de la "testa grigia", côté italien, à 3480m.
Arrivés en bas du télécabine vers 9h : les cabines ne vont que jusqu'au "Trokener Steg" (2939m), le dernier tronçon est fermé! De nouvelles informations doivent arriver à 10h. Dilemme entre attendre les infos, ou bien partir en peaux depuis le Trokener Steg. Autrement dit dilemme entre attendre pour peut-être ne faire qu'un petit dénivelé de mise en jambe (3882 => 4164m) sans être sûr que le dernier tronçon ouvre, versus monter tout de suite au Trokener Steg, et continuer en peaux, i.e. se rajouter 1000m de dénivelé!
Comme tout le monde était tout frais, et tout feu tout flamme, on opte pour les 1000m supplémentaires. On admire le Matterhorn le temps de la montée du premier tronçon.
Arrivés au Trokener Steg, le temps de peauter etc... finalement le dernier tronçon ouvre. On revient au plan initial. Départ en 2 groupes de 9.
Il fait étonnamment chaud pour l'altitude, pourtant le soleil est plutôt caché, on a même quelques flocons au début. Sur le papier, on a 300 D+ à faire, c'est rien. En pratique, on est bien ralentis, on sent bien les quasi moins 40% d'oxygène. Le sommet n'est pas bien visible d'en bas, on ne sait pas quand on va arriver!
Et enfin, ca y est, arrivée au sommet, et premier passage d'un 4000 pour une bonne partie du groupe, émotion.

Soirée au refuge testa grigia, les dortoirs sont très intimes, genre 10 lits pour 15m2. On sent le coeur qui bat plus vite avec l'altitude, impression de devoir respirer plus fort. Atelier lovage de corde avec Nico. Pas mal de maux de tête avec l'altitude.
Repas à 19h typiquement italien: d'abord le primo (des lasagnes copieuses), ensuite le secondo (poulet et polenta), puis dessert crème au chocolat ou à l'amande. Plus un digestif offert par la maison.
Autant dire qu'on est alourdis.

JOUR 2 : la quête de la Monte Rosa Hütte
Le programme est la descente du "Unterer Theodulgletscher" (glacier de Theodule...) puis remontée au refuge Monte Rosa, côté Suisse.
Le groupe décolle à 7h30. Thomas s'aperçoit au bout de 10mn que sa fix est cassée! il est en hard boots, et la pointe d'une de ses fixes s'est tout simplement fendue en deux, un bout est manquant. On est dimanche, très peu probable de pouvoir faire la réparation à Zermatt, on est dimanche, et il s'agit d'une pièce bien spécifique. Thomas ne peut pas continuer avec nous. Heureusement, on est encore sur les pistes, il nous quitte pour redescendre à Zermatt.

Le groupe progresse vers le refuge, l'approche est longue, très longue, très très longue. Le manque de neige fait souvent déchausser, porter, rechausser. Le refuge nous nargue, on le voit de loin, avec ses faces qui miroitent comme un diamant.

Il fait chaud, la neige est mouillée, les peaux détrempées ne collent plus. Bizarrement, les derniers 300 mètres sont les plus raides. On pose même une corde pour assurer un passage trop raide. Et enfin on arrive. Le refuge est splendide, reconstruit en 2009, conçu par l'école polytechnique de Zürich pour une consommation d'énergie minimale. La salle à manger est magnifique tout en bois, les desserts et la bière nous accueillent, pas de refus après ... 10h de traversée et ascension!

JOUR 3 : la pointe Gnifetti
Programme de la journée : 1672m de dénivelé pour arriver au pic de Gnifetti alors départ à 5h du matin, à la frontale, avec une neige encore dure des basses températures de la nuit. Le froid se fait sentir, les poches à eau gèlent, les mains sont engourdies mais l'arrivée du soleil nous offre de quoi nous réchauffer. La montée est longue mais la motivation reste pour tous. Chacun son rythme, mais les pauses nous requinquent et bientôt nous passons les 4000m à nouveau. Pour accéder au sommet, les derniers mètres se feront avec crampons aux pied et piolet à la main. Malgré le vent, le brouillard et le froid, le spectacle à l'arrivée est splendide : une mer de nuages ensoleillée qui laisse apercevoir les sommets enneigés.

La descente sera prudente, pour éviter les pièges du glacier, et le retour au refuge festif mais bienvenu après plus d'une heure de descente.

JOUR 4 : la main courante et le rappel
À nouveau petit-déj à 4h et départ à 5h à la frontale, et de nouveau la lumière magique de l'aube. Le Cervin toujours en vue, qui s'éclaire peu à peu.

Traversée vers le Gornergletscher, avec escalade de rochers en tenant une main courante, puis descente en rappel.

Montée au col du Stockhorn (Stockhornpass) et descente sur Zermatt par les pistes fermées.
On a là une belle surprise: pendant les 2 premiers tiers de descente, la neige est juste sublime. Ensuite elle passe à de la croûte inskiable/insurfable!
1h de marche à la fin pour rejoindre la ligne de train du Gornergrat, train touristique reliant Zermatt, puis autre train jusqu'à Täsch. Nous sommes un peu hirsutes, et encombrants avec tout notre matos dans le train. Globalement on est épuisés mais le sourire aux lèvres, les paysages sublimes dans les yeux, c'était génial, mais ça y est le mini-raid est fini....


 

Si tu rêves de champs de poudre, d'aventures hivernales en sécurité, de passer un bon moment avec d'autres snowboarders, cette activité est pour toi.

Le Club Alpin de Lyon propose cette activité depuis 3 ans avec des membres très actifs et dynamiques.

Nous proposons pour le moment 2 cycles composés de splitboarders (nous acceptons aussi les snowboarders en raquettes):

  • initiation pour découvrir l'activité et se former aux bases
  • perfectionnement pour les splitboarders ayant plus d'expérience

Par ailleurs, nous organisons également un weekend d'intégration et des sorties ad-hoc.

N'hésitez pas à nous contacter:

EN SAVOIR PLUS ...

nos partenaires

Recherche :

Agenda

Désolé, il n'y a pas de sortie à venir pour cette commission...

> Voir toutes les sorties Snowboard rando > Voir toutes les sorties du club